Archives de Catégorie: PROJET SOLIDARITÉ ACTIVE 3ÈME ANNÉE

3ÈME ANNÉE DE L’ESO: PROJET DE SOLIDARITÉ ACTIVE

Par défaut
3ÈME ANNÉE DE L’ESO: PROJET DE SOLIDARITÉ ACTIVE

1 ESO SOLIDARITÉ 3

 

La semaine du 2-6 mars on va travailler la solidarité et la justice, des valeurs vraiment importants qu’on doit analyser et améliorer chaque jour.

Qu’est-ce que la solidarité ?

Tenter de définir la solidarité n’est pas une mince affaire. Une multitude de définitions s’offre à nous. Mais tentons dans la complexité du terme de mettre un peu d’ordre.

Ce que la solidarité n’est pas

Tout d’abord, il est intéressant dans une démarche de définition d’un mot de voir les synonymes mais aussi les antonymes.

Du côté des antonymes de la solidarité, nous avons les notions d’indépendance, d’individualisme et de solitude.

Côté synonymes : association, fraternité, partage, interdépendance, dépendance, mutualité, cohésion, coopération.

La solidarité est un sentiment collectif, l’homme évoluant dans une tension entre le groupe et son individualité . La solidarité est un sentiment qui pousse les hommes à s’accorder une aide mutuelle, dans la conscience du fait que l’aide ou l’attention apportée à l’autre à un moment, pourra être reçue de l’autre ultérieurement. La solidarité tisse donc un lien entre les individus ou les groupes et entre des situations vécues par ces individus ou ces groupes.

Une définition


La solidarité traduit l’idée d’une interdépendance entre individus, qu’elle soit librement consentie, ou subie. Les valeurs de la société.

La solidarité fait exister le groupe

La solidarité peut aussi se définir comme l’interdépendance impliquant une responsabilité mutuelle d’assistance et d’entraide réciproques entre les membres d’un groupe, fondée sur le contrat ou la communauté d’intérêts.

Il y a donc encore une fois l’idée de groupe, d’organisation, de dépendance réciproque au sein du groupe, de lien social. Par là il y a aussi la notion d’intérêt général. Ainsi, la solidarité conduit l’homme à se comporter comme s’il était directement confronté au problème des autres, sans quoi, c’est l’avenir du groupe, donc le sien, qui pourrait être compromis. Il y a une sorte d’équivalence supposée entre le macro et le micro, le bien être du groupe est corrélé à celui de l’individu, en quelque sorte.

La solidarité revêt des aspects multiples, mais plus concrètement elle peut porter sur des groupes familiaux, civiques, professionnels (syndicats), institutionnels (assurances privées ou publiques), politiques, sociaux (associations).

La solidarité se situe dans le domaine de l’action, plus précisément des relations humaines. Elle est d’ordre éthique bien plus que politique, c’est par sa dimension sociale qu’elle apparaît au grand jour, dans le « vivre ensemble ».

Aujourd’hui dans un ordre mondialisé, les dimensions que revêt la solidarité sont plus complexes. Elle se situe donc à plusieurs niveaux : local, national, international et mondial.

« L’agir ensemble »

« Agir par solidarité est une manière d’humaniser la vie dans un monde de dette, de don, de distribution et d’aide. Un monde d’inquiétude grandissante pour les plus démunis. Ces mots, comme on pourrait le montrer, désignent, d’une manière ou d’une autre, des rapports de pouvoir dans lesquels il y a des puissants et des faibles. Et, entre puissants et faibles, ce qui est en jeu ne s’exprime pas seulement en termes de domination ou de sujétion mais aussi de connaissance et de reconnaissance

Les pays riches et les pays pauvres, leurs populations de riches et de pauvres, se retrouvent face à face dans un tel ordre, dans des mondes différents, plus ou moins cloisonnés, comme si les humains, rejetés dans leurs différences (culturelles, linguistiques, politiques, religieuses…) ne pouvaient entretenir de relations entre eux que par accident…

1 ESO SOLIDARITÉ 1

 

QU’EST-CE QUE LA JUSTICE?

La justice constitue à la fois un idéal philosophique et moral, l’exercice d’une activité, et un ensemble d’institutions.

  • La justice désigne avant tout une valeur, un idéal moral, un concept philosophique dont la caractérisation paraît à la fois instinctive (le sentiment d’injustice ou de justice s’impose à nous) et complexe (il est impossible de définir abstraitement les critères du juste). L’idée de justice fait référence sinon à l’égalité, du moins à l’équilibre dans les relations entre les hommes : la justice implique la proportion et la stabilité

  • Pour autant, l’idéal du juste est indissociable de l’activité de juger : la justice s’éprouve dans la tension qui sépare l’injuste du juste, et dans l’acte par lequel on rend la justice. Elle désigne en ce sens le fait de corriger une inégalité, de combler un handicap, de sanctionner une faute.

  • Ce faisant, l’activité de justice mobilise un ensemble de règles, de statuts, de pratiques, de discours et de métiers concourant à l’exercice de la fonction de juger. La justice devient alors synonyme d’institution judiciaire.

  • 1 ESO SOLIDARITÉ 2
  • On va faire des réflexions sur ces valeurs et les actions qu’on peut développer.

Voici le travail que vous allez faire. Téléchargez le document ici:

1 ESO TÉLÉCHARGER

3 ÈME ANNÉE SOLIDARITÉ ACTIVE

 

MERCI DE VOTRE COLLABORATION

 

 VOUS POUVEZ REGARDER VOS COURT-MÉTRAGES SUR LE WEB DE L’ÉCOLE!

Sur le blog  c’est impossible! 😦

         Merci de vos réfléxions et de votre engagement!

 

Publicités