Archives de Catégorie: Module 3

Le Louvre et les disciplines artistiques

Par défaut
Le Louvre et les disciplines artistiques

Histoire du louvre.

Du château au musée

Depuis la fin du XIIe siècle, les bâtiments du Louvre dominent le cœur de Paris ; situés aux limites de la ville, ils ont été peu à peu rattrapés par elle puis englobés en son centre. Dans le même temps, la sombre forteresse des débuts effectuait sa mutation pour devenir la résidence modernisée d’un François Ier puis le somptueux palais du Roi-Soleil. C’est l’histoire de cet édifice et du musée qui à partir de 1793 en a occupé les salles que nous vous proposons d’explorer.

Quand le Louvre dévoile enfin ses secrets 2/3

C’est pas sorcier – Louvre 2 : les trésors du Grand Louvre

GRAND MARCHE DE L’ART CONTEMPORAIN PLACE DE LA BASTILLE PARIS LE 02 MAI 2013 n° 1

C’est Pas Sorcier – L’histoire De Paris –

LES DISCIPLINES ARTISTIQUES

LE DESSIN SUR SABLE

L’ART NUMÉRIQUE

LA BD

 

 

4 ESO MOD3 LOUVRE

 

 

Publicités

La Grande Dame de fer dans l’art

Par défaut
La Grande Dame de fer dans l’art

Symbole de Paris et de la France, la tour Eiffel a inspiré une multitude d’artistes.

La construction de la Tour Eiffel – Paris – France

C’est à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1889, date qui marquait le centenaire de la Révolution française qu’un grand concours est lancé dans le Journal Officiel.L’enjeu : « Etudier la possibilité d’élever sur le Champ-de-Mars une tour de fer, à base carrée, de 125 mètres de côté et de 300 mètres de hauteur ».Choisi parmi 107 projets, c’est celui de Gustave Eiffel, entrepreneur, Maurice Koechlin et Emile Nouguier, ingénieurs, et Stephen Sauvestre, architecte, qui est retenu.

Les premiers coups de pelle sont donnés le 28 janvier 1887. Le 31 mars 1889, la Tour achevée en un temps record – 2 ans, 2 mois et 5 jours – s’impose comme une véritable prouesse technique. Elle fut à la fin du 19ème siècle un point d’orguede l’ère industrielle et la démonstration du génie français incarné par Gustave Eiffel. Destinée initialement à durer seulement 20 ans, elle fut sauvée par les expériences scientifiques qu’Eiffel favorisa, en particulier les premières transmissions radio, puis les télécommunications hertziennes, jusqu’à la TNT plus récemment.

C’EST PAS SORCIER ET LA TOUR EIFFEL

 

LE FILM

 

Découvrez la tour Eiffel!

 

4 ESO MOD3 TOUR EIFFEL

 

 

L’art et le Louvre

Par défaut
L’art et le Louvre

Voilà le Louvre

LE LOUVRE ET ORSAY

Quand le Louvre dévoile enfin ses secrets 1/3

Quand le Louvre dévoile enfin ses secrets 2/3

C’est pas sorcier – Louvre 2 : les trésors du Grand Louvre

C’est Pas Sorcier – L’histoire De Paris –

Les disciplines artistiques -Module 3

Dessin sur sable

Art numérique

La BD

La grande dame de fer

Par défaut
La grande dame de fer

LA GRANDE DAME DE FER DANS L’ART

C’est pas sorcier et la grande dame de fer 😉

La construction de la Tour Eiffel

C’est à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1889, date qui marquait le centenaire de la Révolution française qu’un grand concours est lancé dans le Journal Officiel.L’enjeu : « Etudier la possibilité d’élever sur le Champ-de-Mars une tour de fer, à base carrée, de 125 mètres de côté et de 300 mètres de hauteur ».Choisi parmi 107 projets, c’est celui de Gustave Eiffel, entrepreneur, Maurice Koechlin et Emile Nouguier, ingénieurs, et Stephen Sauvestre, architecte, qui est retenu.

Le 31 mars 1889, la Tour achevée en un temps record – 2 ans, 2 mois et 5 jours – s’impose comme une véritable prouesse technique. Elle fut à la fin du 19ème siècle un point d’orguede l’ère industrielle et la démonstration du génie français incarné par Gustave Eiffel. Destinée initialement à durer seulement 20 ans, elle fut sauvée par les expériences scientifiques qu’Eiffel favorisa, en particulier les premières transmissions radio, puis les télécommunications hertziennes, jusqu’à la TNT plus récemment.

Le film

4 ESO MOD3 DAME DE FER 2

L’accord des participes passés

Par défaut
L’accord des participes passés

L’ACCORD DES PARTICIPES PASSÉS

(Révision on a déjà travaillé ce point avec les pronoms COD-COI module 2)

AVEC ÊTRE : le participe passé s’accorde en genre et nombre avec le sujet.

Elle s’est levée tard ce matin.

Il est rentré à la maison / elle est rentrée à la maison.

La porte de la maison est ouverte.

AVEC AVOIR : le participe passé, en général, reste invariable. Ne s’accorde pas.

J’ai pris des photos.

J’ai fait les présentations.

MAIS quand le complément d’objet direct (COD) est placé AVANT le verbe, le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le COD.

les as-tu prises ? (les= les photos)

Il nous l’a achetée. (La pomme)

Résumé et d’autres exemples

Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire « avoir » s’accorde en genre et en nombre avec le complément d’objet direct (COD), si celui-ci est placé avant :

Ces fleurs, je les ai coupées.
Cette lettre, il l’a écrite.

Si le complément d’objet direct est placé après ou s’il n’existe pas, le participe passé conjugué avec « avoir » reste invariable :

J’ai coupé ces fleurs.
Il a écrit cette lettre.
Nous avons été au spectacle.*

Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire « être » s’accorde en genre et en nombre avec le sujet du verbe :

Mes amis sont partis.
Mes amies sont parties.

Le participe passé sans auxiliaire (à valeur d’adjectif) s’accorde en genre et en nombre avec le nom ou le pronom auquel il se rapporte :

Des fleurs séchées.
Un article vendu.
Des maisons ouvertes.

Cliquez pour pratiquer 😉

L’accord des participes passés I

L’accord des participes passés II

L’accord des participes passés III

L’accord des participes passés IV

Regardez la vidéo:

 

L’interrogation directe et indirecte

Par défaut
L’interrogation directe et indirecte

L’INTERROGATION DIRECTE

Il existe trois types d’interrogation :

  1. Avec l’intonation : Tu viens ?

  2. Avec Est-ce que : Est-ce que tu viens ?

  3. Avec Inversion verbe-sujet : Viens-tu ? (registre soutenu)

L’interrogation peut être introduite par des mots interrogatifs :

QUI : QUI vient ce soir ?

OÙ : Où vas-tu ?

COMMENT : Comment tu t’appelles ?

COMBIEN : Combien tu en veux ?

COMBIEN DE /D’ : Combien d’argent as-tu besoin ?

POURQUOI : Pourquoi tu es/ es-tu en retard ?

QUAND : Quand vous partez/ partez-vous en vacances ?

QUEL/QUELLE/ QUELS/QUELLES + NOM (adj. interrogatif) : Quelles œuvres connaissez-vous ? Quel tableau préfères-tu ?

Quelles créations préférez-vous ? (quelles+ nom= adjectif interrogatif)

Lesquelles préférez-vous (pronom interrogatif)

Combien de livres as-tu pris ? (adjectif interrogatif)

Combien ça coute? (adverbe interrogatif)

LEQUEL/ LAQUELLE/ LESQUELS/ LESQUELLES (pron. Interrogatif) : laquelle préfères tu ?

L’INTERROGATION INDIRECTE

Est introduite par un verbe (comme demander, se demander, ne pas savoir, ignorer, dire, etc.) et n’a pas de point d’interrogation.

La dif­fé­ren­ce essentielle par rapport à l’in­ter­ro­ga­tion directe, c’est que dans une proposition interrogative in­di­recte on uti­li­se en règle gé­né­ra­le l’or­dre des mots normal (svo, sujet-verbe-objet), il n’y a pas d’inversion.

Exemple :

I.directe : Comment as-tu appris le français ?

  1. indirecte :

J’aimerais savoir/ Je me demande comment tu as appris le français.

La transformation d’une question directe en interrogation indirecte :

  • Dans l’interrogation partielle (où?, quand? etc.), on reprend généralement le même mot interrogatif que dans la question directe, et on utilise l’ordre des mots normal:

Comment as-tu appris la nouvelle? →
J’aimerais savoir comment tu as appris la nouvelle.

  • Dans l’interrogation totale (Est-ce que…), l’idée d’interrogation est exprimée par la conjonction si :

Êtes-vous d’accord? / Est-ce que vous êtes d’accord? →
J’aimerais savoir si vous êtes d’accord.

(Est-ce que) Tu participes ? Je veux savoir si tu participes.

Changements !

Interrogation directe

Interrogation indirecte

Est-ce que

Est-ce que tu aimes le français ?

Si

Je veux savoir si tu aimes le fr.

Qu’est-ce que

Qu’est-ce qu’on va manger ?

Ce que

Je ne sais pas ce qu’on va manger.

Qu’est-ce qui

Qu’est-ce qui est plus important ?

Ce qui

Dis-moi ce qui est plus important.

Qui

Qui as-tu appelé ?

Qui

Je me demande/ Je   veux savoir qui tu as appelé.

Rappel partitifs :

à+le= au ; de+le= du ;

Avec l’interrogation :

à+lequel= auquel

de+lequel= duquel

à+lesquel(le)s= auxquel(le)s

de+lesquel(le)s= desquel(le)s

Exemples:

À quel artiste tu penses ? Auquel

Quelles pages tu veux ? Lesquelles tu veux ?

Tu veux parler de quelles œuvres ? Desquelles ?

Quels peintres tu connais ? Lesquels tu connais ?

Qu’est-ce qui a provoqué l’accident ? Je veux savoir ce qui a provoqué l’accident.

Attention avec l’interrogation indirecte:

1. Commence par un verbe introducteur: demander, se demander, savoir, ne pas savoir, ignorer, dire..

2. Elle n’a pas de point d’interrogation (?)

Qu va m’aider? = Je me demande / Je veux savoir qui va m’aider.

3. L’inversion verbe-sujet de l’interrogation indirecte n’est pas possible dans l’interrogation indirecte:

Qui as-tu appelé? = Je me demande/ Je veux savoir qui tu as appelé

Où vas-tu?= Je me demande / Je veux savoir / Dis-moi où tu vas.

Comment fais-tu pour rester mince? = Je me demande/ Je veux savoir comment tu fais pour rester mince.

Maintenant il faut réviser 🙂

Interrogation directe-indirecte I

Interrogation directe-indirecte II

Interrogation directe-indirecte III

Interrogation indirecte

 

 

 

Les pronoms démonstratifs

Par défaut
Les pronoms démonstratifs

Pronoms démonstratifs

Le pronom démonstratif remplace le nom de ce qu’on veut montrer :
Regarde le château de sable, comme il est beau !- Oh, regarde celui-ci, il est encore plus beau !- Et celui-là, il est réussi également !

Masculin

singulier

MasculinPluriel FémininSingulier FémininPluriel neutre
Celui

 

Celui-ci

Celui-là

 CeuxCeux-ci

 

Ceux-là

 

 CelleCelle-ci

 

Celle-là

 Celles Celles-ciCelles-là  Ce (C’) CeciCela (ça)

 Je ne comprends pas ce que vous voulez dire : ce = la chose que vous me dites
Vous avez raté le bus. Prenez donc celui de dix heures : celui = le bus
Il s’est passé beaucoup de choses mais cela ne change rien à nos projets. 

*-ci indique la proximité ; -là indique l’éloignement.

C- Les pronoms ceci, cela, ça

Ils peuvent représenter

  •  un nom : – l’hypocrisie, je déteste ça.

  •  un infinitif : Dormir, j’adore ça

  •  une proposition entière : Jean n’est pas encore arrivé, cela m’inquiète.

Remarque : Dans la langue courante ceci est très peu utilisée, on utilise plutôt cela ou encore ça.
Ce dernier pronom peut cependant prendre un sens péjoratif :
Les jeunes, ça ne fait attention à rien.

Voici quelques activités en ligne pour pratiquer ;):

Pronoms démonstratifs I

Pronoms démonstratifs II

Pronoms démonstratifs III

Pronoms démonstratifs IV

Pronoms démonstratifs V